TF urban « Story » Circular Bench par Lucile Soufflet

Home / Mobilier Urbain / TF urban « Story » Circular Bench par Lucile Soufflet

TF urban « Story » Circular Bench par Lucile Soufflet

Mobilier Urbain
/ 17 novembre 2015

  Le Circular Bench, un mobilier urbain connecté aux usagers. En l’espace d’une décennie, le Circular Bench, conçu par la designer …

TFURBAN-Circularbench-banccirculaire-metal-LucileSoufflet-Marseille

 

CB_schaerbeek-web

Le Circular Bench,
un mobilier urbain connecté aux usagers.

En l’espace d’une décennie, le Circular Bench, conçu par la designer belge Lucile Soufflet a séduit un nombre croissant de villes en Europe. Jouant sur l’évolution de ses profils, ce banc circulaire s’étire et s’allonge souplement pour créer différentes assises et différents points de vue sur l’environnement. Son déploiement fait naître et disparaître les dossiers, tantôt face-à-face, tantôt solitaires. Le premier banc circulaire a été installé Bruxelles en 2003, place du Marché aux Grains. Un arbre avait été placé au centre de la place à la demande des habitants. La Ville de Bruxelles souhaitait un travail artistique sur une grille afin de le protéger. Lucile Soufflet a proposé d’élargir ce thème et de ne garder que celui de l’assise autour de l’arbre. Au final, le banc se déploie en cercle, s’allonge et revient autour de l’arbre. L’idée était de jouer sur le principe de construction et de créer une forme qui évolue de manière circulaire dans l’espace. Aux deux extrémités, les profils se déforment et les dossiers apparaissent pour créer deux assises en vis­-à-­vis. Le thème du relationnel dans l’espace public est au cœur de l’implantation de ce mobilier qui appelle au dialogue. C’est un élément ludique et convivial, deux notions indispensables à notre vie en communauté. Pour les communes, intégrer un tel mobilier dans leur environnement, c’est interpeller le passant, l’habitant du quartier, le visiteur. C’est l’inviter à s’asseoir, à prendre le temps. C’est apporter un supplément de qualité de vie et de bien-­être. Aujourd’hui, ce mobilier a séduit d’autres villes et communes en Belgique et en France comme Saint­-Pol-sur-­Mer, Bruxelles, Krinkels, Schaerbeek, Mons -capitale européenne de la Culture en 2015, Mulhouse et Sierre en Suisse. La gamme s’est enrichie de nouvelles déclinaisons : modèles Solo Bench, Line Bench, et de nombreux bancs sur mesure, sont venus étoffer le catalogue.

Circular bench - Mulhouse

 

circular bench_molenbeek_Lucile Soufflet_2 - copie-web

Lise Coirier, conseillère artistique, de la marque TF Urban s’est entretenue avec Lucile Soufflet au sujet de ce ‘best seller’ qu’elle ne cesse de réinventer au gré des chantiers et des aménagements paysagers et urbains.

L.C : Quelle est votre approche du design urbain?

L.S : Idéalement et quand c’est possible, je dessine un projet pour un lieu. Je travaille de manière très intuitive mais j’ai besoin d’être connectée à la réalité. L’évolution du design urbain génère des collaborations qui existaient peu il y a quelques années, c’est un réel enrichissement.

L.C : Comment envisagez-­vous votre rôle en tant que designer dans la conception et l’implantation de mobilier urbain?

L.S : Je maîtrise le dessin du projet en restant à l’écoute du site, d’un commanditaire public, d’un utilisateur, d’un prescripteur… Je vois le designer comme un équilibriste à la recherche de la juste position avec le monde environnant.

L.C : Décrivez-nous brièvement l’expérience du Circular Bench en tant que produit modulable et customisable à souhait, édité et produit par TF?

L.S : Le banc a été dessiné initialement pour une place de Bruxelles. On s’est vite rendu compte que son principe le rendait modulable à l’infini : il s’étire, s’enroule, change ses assises et ses points de vue… ce qui lui permet de s’adapter à de nombreux sites, et de rendre chaque lieu particulier.

circular bench_Mulhouse_Lucile Soufflet - copie-web

L.C : Comment se déroule la collaboration avec TF et les clients prescripteurs?

L.S : Nous avons plusieurs schémas de travail selon les projets, mais travaillons généralement par propositions, contre-­propositions, validation formelle de mon côté et technique du côté de TF. Le dialogue est direct et ouvert, ce qui permet une grande réactivité vis­ à ­vis du client.

L.C : Le Line Bench est-il né d’une nécessité de cahier des charges des villes et communes?

L.S : Le Line Bench sans dossier est né d’une demande d’un bureau d’architecture pour un réaménagement urbain. Je dessinais simultanément un Line Bench avec dossiers évolutifs pour Anderlecht, et en effet, certaines villes comme Langres nous ont contacté afin de prescrire des variations « line » dans leur réaménagement. Bref, les cas de figure sont nombreux et variés.

L.C : Qu’est ce qui caractérise le Circular Bench? Ses points forts? Sa singularité par rapport aux classiques catalogues de mobilier urbain? Sa durabilité? Sa convivialité?

L.S : C’est en effet tout d’abord un objet durable. Le premier modèle placé en 2003 n’a pas bougé. Ensuite sa singularité lui confère une présence forte, mais sa légèreté visuelle facilite son intégration dans le paysage urbain. C’est un élément qui associe à la fois l’impesanteur et la solidité. Enfin il symbolise de manière ludique nos rapports à l’autre, la convivialité.

L.C : Quelle innovation apporte ­t’­il?

L.S : Le modèle a fait preuve d’une grande adaptabilité aux différents sites sur lesquels il a été implanté. Les grands éléments sont évidemment plus intéressants et permettent aux formes de se déployer généreusement mais nécessitent un espace suffisamment important. Je vous laisse imaginer les villes idéales au sein desquelles il pourrait trouver place !

Circular bench - Lyon city design-web

L.C : Le Circular Bench est un objet très présent mais qui s’intègre parfaitement au paysage urbain. Est ­ce que cela facilite son appropriation? Pousse ­t’­il à la communication? Quelle personnalité donne ­t’­il à un espace urbain? Le rapport à la couleur a ­t­’il changé et les villes osent ­t-elles davantage des tonalités fortes?

L.S : Le Circular Bench est porté par une réflexion sur le rapport à l’autre, la communication, le relationnel. Sans que cela soit imposé, cette idée est véhiculée souplement dans les courbes du banc. De la même manière, c’est un objet tout en contraste, à la fois puissant et léger, particulier mais intégré, graphique tout en étant translucide. Les villes osent la couleur, Marseille en est un bel exemple et a implanté le Circular Bench en jaune vif ! Je pense que c’est une bonne démarche ; ceci dit, ce mobilier est tellement graphique que j’ai un faible pour la couleur anthracite qui contraste et met en valeur son jeu de lignes.

L.C : Pourrait-­il s’adapter à d’autres lieux et usages ? Sera­t-­il un mobilier connecté dans le futur?

L.S : Tout à fait! Je pense qu’il y a encore beaucoup à dire et à faire autour de ce projet.

Banc SOLO - Langres

A propos du designer

Lucile Soufflet

Diplômée en design industriel de La Cambre Arts Visuels à Bruxelles (BE), Lucile Soufflet s’est peu à peu spécialisée dans la conception de mobilier urbain et la réflexion sur l’espace public. Après un passage comme assistante au Royal College of Arts de Londres, elle travaille dans des domaines comme la céramique ou le textile. Lauréates de différents prix, ses objets font partie des collections de plusieurs musées et sont édités par des firmes comme Fermob, Urbastyle, Royal Boch et TF. Elle a aussi répondu à de nombreux appels d’offres dans l’espace urbain où elle a réalisé, entre autres, la signalétique et le mobilier My Place­Inside aux Brigittines à Bruxelles (arch. Andrea Bruno), My Place­Outside à Anderlecht, Molenbeek, du mobilier pour la ville du Touquet, pour la ville de Bruxelles (square Jacques Brel).

www.lucile.be

A propos du produit

Un ‘Circular Bench’ de modèle standard est constitué de 500 mètres de fil d’acier, 1000 cordons de soudure et représente 110 heures de travail chez TF.

TOP Paris-designweek-mobilier-metal-tfurbanChaises-bancs-bench-metal-saintetienne-mobilierurbain-streetfurniture-TFURBAN