Des flaques de lumières dans la ville

Home / Mobilier Urbain / Des flaques de lumières dans la ville

Des flaques de lumières dans la ville

Mobilier Urbain
/ 12 novembre 2014

La ville doit pouvoir s’enrichir d’objets qui soient porteurs de messages et de poésie. Ce sont des media de communication entre usagers et des points d’arrêt dans le paysage urbain. Inscrire le luxe de la matière dans l’espace public est devenu aujourd’hui une manière d’apaiser les tensions et de répondre à une envie de donner accès à la beauté au plus grand nombre.

C’est dans le cadre de l’exposition L’Âge du Faire, présentée à la Biennale internationale de Saint-Etienne en mars 2013 qu’a démarré la collaboration entre TF et Marie-Christine Dorner. En visitant l’atelier, elle fut séduite par les conduits de cheminée fabriqués pour Poujoulat. Ce fut le point de départ de son projet.

TF Mag : Quel est le concept derrière la conception des Flaques ?

Marie-Christine Dorner : « Nos neurones miroirs, appelés aussi neurones empathiques, m’ont amenée à travailler sur cette symbolique pour ce mobilier urbain édité par TF. Les Flaques de lumière en acier poli sont des surfaces de réflexion du ciel, des passants, de l’environnement. Ces objets urbains s’humanisent en communiquant à leur façon, en plus de leur usage. L’empathie vient aussi de l’économie de moyens utilisés, puisque la fabrication de conduits de cheminée répond à l’un des savoir-faire de TF. La finition cuivrée les rend ici un peu plus précieux que l’acier inoxydable. Flaques est à la fois ludique et très sérieux. Les rondeurs des éléments sont agréables dans des environnements extérieurs parfois agressifs ou tristes. Le miroir vertical peut proposer tout type d’écran interactif d’information ou achat de tickets (à la place du miroir bien sûr), et être décliné à n’importe quelle hauteur pour s’adapter aux enfants, aux adultes ou aux personnes à mobilité réduite. »

TF Mag : Comme abordez-vous la création d’objets qui vont s’intégrer dans l’espace public ?

MCD : « Créer pour l’espace public est un acte empathique. Je pense uniquement aux usagers, j’imagine et devance leurs gestuelles, leurs parcours, leurs attitudes et leurs envies. L’humain est central dans mon travail. Puis vient l’espace. Je prends en compte des éléments fondamentaux comme le bruit, l’orientation lumineuse, la fluidité des parcours des passants entre les rues, bâtiments ou commerces existants. »

TF Mag : Comment réussir un espace public ?

MC D : « Un projet dans l’espace public urbain ne peut être réussi que s’il est vraiment contextuel, adapté. Chaque projet est unique. Même avec un mobilier de catalogue, d’édition, il faut retravailler l’implantation en fonction de tous les critères particuliers du lieu, il faut le vivre et le sentir avant toute esquisse.

Avec mon équipe, nous allons très loin dans le détail, dans l’aboutissement des réalisations. ‘Matière matters’ ! C’est notre credo : choisir les matériaux et la mise en œuvre les plus adaptés au budget. Communiquer de façon très fluide avec nos clients, c’est la meilleure chance d’avancer de façon efficace et réaliste dans le projet.  Je pousse mes interlocuteurs à exprimer clairement leurs attentes : veulent-ils un projet d’image, fort et attractif, ou au contraire un projet qui ne s’impose pas dans le paysage urbain, tout aussi efficace en terme d’usage ? Que pouvons-nous offrir de mieux aux usagers ? J’aide mes clients à peaufiner leur programme tout en leur proposant des solutions, le dialogue est très créatif et permet de gagner un temps fou. »

TF Mag : A quels axes de développement les communes devraient-elles s’attacher ?

MCD : Les villes et communes ont la capacité d’améliorer l’espace urbain; créer des transversalités d’usages, mettre plus de végétaux dans les zones d’attente, créer de la mixité entre générations dans les jardins publics au lieu de séparer les petits des personnes âgées par exemple, donner des informations utiles sur des bornes bien placées, il y a plein d’idées à développer et de concepts simples et économiques à créer. Chaque maire doit être leader en devançant les attentes, en proposant de nouvelles solutions de bien vivre en ville. Nous sommes là pour les y aider !

BIO

Diplômée de l’école Camondo, Marie-Christine Dorner est à la fois designer, architecte d’intérieur, designer d’environnement et professeur. Elle a séjourné à Paris, Tokyo et Londres. Ce sont ces voyages qui ont marqué sa carrière. En 1995, elle reçoit le Grand Prix du Design de la Ville de Paris et Frédéric Mitterrand la fait Chevalier des Arts et Lettres en 2012.  Elle a travaillé pour des éditeurs comme Idée au Japon, Montis, Ligne Roset, Zeus, Bernardaud, les Cristalleries de Saint-Louis et Baccarat. Outre ses chantiers privés, elle collabore régulièrement avec divers ministères, ambassades, villes ou institutions publiques : c’est elle qui a dessiné en 1990 la tribune présidentielle face aux Champs-Élysées, lors des défilés du 14 juillet à Paris, remontée tous les ans depuis sa création.

Images et légendes :

Gare d’échange de bus de Nîmes à l’Esplanade 

Un bon exemple de travail contextuel : Nîmes étant la ville la plus chaude de France, elle a proposé d’offrir de l’ombre, beaucoup d’ombre : aux usagers mais aussi aux bus. Le résultat : 600m2 d’abris métallo-textiles ont été montés. La créatrice souhaitait déployer en-dessous un mobilier efficace mais discret, d’où la ligne de mobilier ininterrompue et remplissant toutes sortes de fonctions : siège, fontaine à boire, panneau d’information, poubelle, banc.

TOP chaise-chair-metal-outdoor-mobilier-street furnitureChaises-bancs-bench-metal-mobilier-outdoor-streetfurniture-TFURBAN